La Belgique s’apprête à étendre l’euthanasie aux mineurs

Agencia Soynadie:

Une proposition de loi étend le champ légal de l’euthanasie aux mineurs atteints d’une maladie incurable. Pendant que le panel citoyen réfléchissait sur la fin de vie en France, une nouvelle étape était franchie en Belgique: jeudi dernier, le Sénat a adopté, à une large majorité, une proposition de loi étendant le champ légal de l’euthanasie aux mineurs atteints d’une maladie incurable, sans limite d’âge. La proposition sera transmise à la Chambre des représentants, même s’il n’est pas certain que les députés auront le temps de l’examiner avant les législatives du 25 mai prochain.

Le texte prévoit qu’un mineur peut demander à bénéficier de l’euthanasie s’il fait face à des souffrances physiques insupportables et inapaisables, en phase terminale. Il devra pour cela être conseillé par une équipe médicale et avoir l’accord écrit de ses parents. Un psychologue sera chargé d’évaluer sa capacité de discernement. Les souffrances «psychiques» insupportables, qui ouvrent la voie à l’euthanasie pour les adultes, ont été écartées pour les mineurs.

Si le projet de loi était adopté, la Belgique suivrait l’exemple des Pays-Bas, où l’euthanasie est autorisée pour les plus de 12 ans. Sauf que les Belges n’ont pas voulu prévoir de limite d’âge. «Nous avons préféré la notion de discernement, indique Jacqueline Herremans, présidente de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD)-Belgique et membre de la Commission de contrôle et d’évaluation de la loi de 2002 sur l’euthanasie. Parfois un jeune de 15 ans n’aura pas la maturité nécessaire pour décider! Mais l’histoire d’une petite Julie de 5 ans, rapportée récemment par la Libre Belgique, nous montre que les enfants peuvent avoir cette notion de discernement très tôt. La petite avait dit à ses parents qu’il fallait “une petite sœur pour que son petit frère ne reste pas tout seul lorsqu elle ne serait plus là”: c’est bien qu’elle avait conscience qu’elle allait partir définitivement »

Autre différence par rapport (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Délinquance : les étrangers commettent un quart des vols en France
Marseille : comment la police tente de reconquérir les cités
Municipales : le logo de campagne de Philippot déplaît aux jeunes gaullistes
Euthanasie : «Quelles limites pour l’acharnement thérapeutique ?»
Inscrivez vous à la newsletter du Figaro

Fuente

The following two tabs change content below.
Soy periodista aficionado, publico las noticias que me interesan en Soynadie.com